Skip to main content

REMARQUE: Vous mesurez le radon au printemps ou en été (d'avril à août)? Cliquez ici pour en savoir plus  

Vous êtes intéressé à obtenir un trousse de mesure du radon au printemps ou en été (d’avril à août). Les recherches canadiennes sur le radon indiquent que la période (la saison) pendant laquelle les mesures de radon à long terme, de plus de 90 jours, sont effectuées n’a pas d’incidence statistiquement notable sur les résultats. Toutefois, les autorités de santé publique recommandent toujours de effectuer de réaliser la majorité de ces tests durant les mois les plus froids. En conséquence, nous souhaitons vous informer que trois options s’offrent à vous :

  1. Réaliser un test de mesure de 180 jours (6 mois), dès maintenant.
  2. Attendre jusqu’à la fin septembre et effectuer un test de mesure de plus de 90 jours (3 mois).
  3. Réaliser un test de mesure sur une année complète

Le détecteur de radon ne commence à fonctionner qu’après l’ouverture du sac en plastique qui contient le détecteur. L’élément le plus important est d’enregistrer avec précision la date de début et de fin du test de mesure en suivant notre processus d’enregistrement. Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter à [email protected].  

Série de recherche sur le radon

Traquer la signature de mutation génétique du cancer du poumon induite par le radon

Série de recherche sur le radon

Les particules alpha émises par le gaz radon ont la capacité d’ioniser (de voler des électrons à) l’ADN d’une manière qui produit des dommages complexes et hautement groupés à notre ADN que nos cellules ne sont pas capables de réparer rapidement ou précisément. En termes de dose, les particules alpha sont beaucoup plus mutagènes et cancérigènes par rapport à d’autres types de radiation tels que les rayons X.

Une question moléculaire cruciale est : pourquoi ?

Pour étudier les origines génétiques du cancer du poumon induit par les particules alpha (due au radon), notre équipe a développé des technologies à haut- débit pour étudier les effets répétitifs des particules alpha en utilisant des systèmes cellulaires humains. En faisant cela, nous pouvons reproduire en laboratoire ce qui se produit tout le temps chez les personnes qui retournent chaque jour dans une maison contenant des niveaux élevés de radon.

En utilisant cette technologie, nous découvrons le schéma spécifique de mutations génétiques (une “signature”) qui se produit dans les cellules qui deviennent cancéreuses après une exposition prolongée et répétée au radon.

Une fois que nous aurons cela en main, il sera possible d’attribuer avec confiance l’origine du cancer du poumon à l’exposition au radon, tout comme cela peut déjà être fait pour le tabagisme.

Aucun résultat