Skip to main content

REMARQUE: Vous mesurez le radon au printemps ou en été (d'avril à août)? Cliquez ici pour en savoir plus  

Vous êtes intéressé à obtenir un trousse de mesure du radon au printemps ou en été (d’avril à août). Les recherches canadiennes sur le radon indiquent que la période (la saison) pendant laquelle les mesures de radon à long terme, de plus de 90 jours, sont effectuées n’a pas d’incidence statistiquement notable sur les résultats. Toutefois, les autorités de santé publique recommandent toujours de effectuer de réaliser la majorité de ces tests durant les mois les plus froids. En conséquence, nous souhaitons vous informer que trois options s’offrent à vous :

  1. Réaliser un test de mesure de 180 jours (6 mois), dès maintenant.
  2. Attendre jusqu’à la fin septembre et effectuer un test de mesure de plus de 90 jours (3 mois).
  3. Réaliser un test de mesure sur une année complète

Le détecteur de radon ne commence à fonctionner qu’après l’ouverture du sac en plastique qui contient le détecteur. L’élément le plus important est d’enregistrer avec précision la date de début et de fin du test de mesure en suivant notre processus d’enregistrement. Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter à [email protected].  

Série de recherche sur le radon

Comprendre les expositions aux doses de radon en fonction de l’occupation

Série de recherche sur le radon

La pandémie de COVID-19 a entraîné des changements de comportement généralisés qui ont modifié la répartition du temps des gens entre différents environnements, modifiant les risques pour la santé, y compris le cancer du poumon.

Depuis 2020, nous étudions les habitudes d’activité en Amérique du Nord avant et après le début de la pandémie et les implications que cela a eues (et continue d’avoir) sur l’exposition au gaz radioactif radon, une cause principale de cancer du poumon. Nous avons sondé plus de 6 000 ménages canadiens abritant plus de 12 000 adultes et enfants de différents âges, sexes, emplois, communautés et revenus.

Alors que le temps global passé à l’intérieur est resté point pendant le pic de la réponse à la pandémie entre 2020 et 2021, le temps passé dans la résidence principale est passé de 66,4 à 77 % de la vie (+1062 h/an) après le début de la pandémie, augmentant les doses annuelles de rayonnement dues au radon résidentiel de 19,2 % (+0,97 mSv/an).

Des changements disproportionnellement plus importants ont été observés chez les jeunes vivant dans des propriétés urbaines ou suburbaines plus récentes avec plus d’occupants et/ou ceux occupant des postes de gestion, administratifs ou professionnels, à l’exception de la médecine. Une grande partie de cet effet était due au télétravail, désormais reconnu comme une habitude de plus en plus normalisée dans de nombreux secteurs.

Dans les dernières étapes de la pandémie et les périodes de sortie de la réponse entre 2022 et 2023, les schémas d’activité ont changé davantage, s’adaptant à une “nouvelle normalité” qui est peu susceptible de revenir aux niveaux pré-pandémiques de répartition du temps entre différents environnements. Nos travaux sur ce sujet sont en cours, et nous explorons actuellement la relation entre le statut de handicap, les schémas d’activité et l’exposition au radon. Ce travail soutient la réévaluation des risques pour la santé environnementale modifiés par des schémas d’activité en évolution.

Aucun résultat